Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site informel d'observation de la politique menée à PIMPREZ... et...ALENTOURS.......

La préfète ?

Le président de la CC2V ?

Le maire ?

ou quelqu’un d’autre ?

La préfète.

Nous pensons qu’elle a bien d’autres choses à faire , tant que la commune reste dans les clous ou que personne n’élève la voie sur la gestion de la commune.

Le président de la CC2V.

Par des biais, par des connaissances, par des amitiés, par des décisions de la CC2V, il influence la gestion de la commune. Quant à dire qu’il gère Pimprez, nous ne pensons pas qu’il soit intéressé par cela. De même que la préfète, du moment que les décisions de la CC2V vont dans son sens pourquoi prendrait-il la peine de s’occuper d’une commune en particulier ?

Le maire.

Le maire est chargé suivant les articles L2122-18, L2122-21, L2122-22 du CCGT-Code général des collectivités territoriales « d'administrer la commune, d'exécuter les décisions du conseil municipal, d'exercer par délégation des attributions du conseil municipal et d'exercer les pouvoirs de police administrative et judiciaire ».

La jurisprudence, et le code pénal délimitent le périmètre d'intervention des maires en précisant notamment » le Maire et les adjoints interviennent dans le cadre de la Loi. A ce titre, l'article L2122-6 du CGCT prévoit la possibilité de suspension ou de révocation par le conseil des ministres en cas d'infraction.

Dans ses compétences :

Conservation des propriétés de la commune ;

Direction des travaux communaux ;

Réalisation des mesures relatives à la voirie communale ;

Souscription des marchés, passation les baux des biens et les adjudications des travaux communaux dans les formes établies par les lois et règlements ;

Passation des actes de vente, échange, partage, acceptation de dons ou legs, acquisition, transaction;

Affectation des propriétés communales utilisées par les services publics municipaux ;

Réalisation des emprunts destinés au financement des investissements prévus par le budget, et aux opérations financières ;

Régies comptables nécessaires au fonctionnement des services municipaux ;

Création de classes dans les établissements d'enseignement ;

Reprises d'alignement en application d'un document d'urbanisme ;

Droits de préemption définis par le code de l'urbanisme,

Etc...

  • Conservation des propriétés de la commune.

Selburnus n’a semble t-il pas lu, correctement, ce qui est inscrit dans la profession de foi du maire "parfait", je veux parler de la conservation des propriétés de la commune.

Pimprez possède des parcelles de terrain, ajoutées au fil des décennies, au patrimoine de la commune par les différents anciens maires. Mais Suelburnus et son conseil n’ont pas trouvé mieux que de les vendre pour le canal Seine Nord, alors que ces terrains auraient pu être échangés, ce qui se pratique la plupart du temps (source VNF).

  • Lotissement des jardins Alfond.

Un lotissement attendu par de nombreux habitants, heureux de l’attrait exercé par le village de Pimprez. Un projet de lotissement signé, officiellement, par Assurancetourix (lien et lien) durant le mandat précèdent mais, une fronde menée par Suelburnus a permis au conseil municipal de mettre en minorité la décision d’Assurancetourix en imposant une seconde sortie au lotissement.

Seconde sortie qui sur le terrain n’existe pas, à moins d’exproprier certains terrains ou de prévoir un pont sur le ru du Moulin.

De plus le nouvel aménageur choisi par Suelburnus est loin d’être efficace et prévoirait un lotissement de 31 maisons (contre 48 initialement prévues) invoquant une (vague) loi sur l’eau sous prétexte que le ru du Moulin pourrait déborder, ce qui, d’après des archives du village, ne s’est jamais vu depuis que ce ru existe.

Affaire à suivre !

  • La chasse aux sorcières.

Laissons ce sujet pour l’instant, nous y reviendrons plus tard.

Quelqu’un d’autre.

Au vu de ce qui se passe dans le village, nous sommes en droit de supposer qu’une tierce personne dirige, en sous-main, le village. Quand nous parlons d’un autre personne pour être plus clair nous pourrions parler d’entité.

Depuis l’origine, Pimprez a toujours été une commune agricole, de nombreux maires ou adjoints sont issus de ce secteur d’activité. En dehors de quelques courtes périodes où les maires étaient, suffisamment, forts pour résister aux lobbys agricoles (S.Barbier, R.Delage, etc.) la plupart ont cédé au desiderata des agriculteurs ou étaient eux-mêmes agriculteurs.

Ce qui, aujourd’hui, et dans les décennies qui ont précédé, est toujours le cas. La seule différence est que sur la commune il reste peu d’agriculteurs.

En fait 2, 2 beaux-frères qui ont des problèmes d’entente et 1 seul est, principalement, actif sur le territoire de Pimprez l’autre est beaucoup plus actif sur Ribécourt (voir l'Oise Hebdo du 21/07/2021 lien, lien, lien).

Gracchus-Garovirus n’est, jamais, très loin des décisions prises au sein du conseil municipal. Depuis qu’il est, officieusement, à la manœuvre ( tout comme son père l’était avant lui) et officiellement par sa femme Maestria en tant que conseillère, le territoire de Pimprez a été transformé:

  • grandes pièces permettant de travailler plus "aisément",

  • monoculture,

  • les divers bois supprimés,

  • les chemins de randonnées annihilés,

  • etc...

À travers du premier remembrement (1985), de l’aménagement foncier pour la RD 1032 et le canal Seine nord (2008 à 2012) et du futur aménagement foncier qui se profile, il a toujours su se défendre et négocier ses intérêts.

Peut être est-il, le vrai gestionnaire de la commune de Pimprez.

UTOPIE ou RÉALITÉ ?

UTOPIE ou RÉALITÉ ?

"Une agriculture qui ne peut produire sans détruire porte en elle les germes de sa propre destruction."

nous vous laissons sur cette citation de Pierre Rabhi (né le 29/05/1938)

et Bonnes Vacances à tous.

 

le comité de rédaction et la gratte-cul

Commenter cet article

Vivre, comprendre, agir. 30/07/2021 13:51

Puisqu’il est aux ordres, a quoi sert le maire ?